Dynastie(s)

Telemann du profane au sacré
Ensemble Sébastien de Brossard

Dynastie(s)

Maud Caille, flûtes à bec
Fabien Armengaud, clavecin

Non, rassurez-vous, il ne s’agit pas d’un « soap opera » à l’américaine. Quoique…
Que penser d’Antoine Forqueray faisant embastiller son fils Jean-Baptiste ?

Non, il s’agit bien plutôt de s’interroger sur les dynasties de musiciens : Les Couperin, les Philidor, Les Hotteterre, les Chédeville…

Mettre en perspective les (r)évolutions, à l’instar de François Couperin parlant de ses ancêtres :
« j’ai tâché de perfectionner leurs découvertes, leurs ouvrages sont encore du goût de ceux qui l’ont exquis. »

Et, par ce jeu de miroirs historiques, observer l’évolution du style, du goût et bien sûr de l’innovation.

Mais, derrière ce miroir et en fond sonore de cette évocation, il y a bien sûr la paternité des œuvres. Chédeville, par exemple, s’est attribué la paternité d’œuvres d’Antonio Vivaldi, rien moins !

Il est aussi touchant de constater que certaines lignées ne nous sont connues que par les compositions du fils, tel les Buterne.

Alors, écoutons.

Penserons-nous comme Louis XIV à qui Marin Marais avait présenté sa progéniture musicale.
« Je suis bien content de vos enfants, mais vous êtes toujours Marais, et leur père. »

Chaconne de la Sixième suite en trio de Louis-Antoine Dornel

Pour recevoir toutes nos actualités, inscrivez-vous !
Vos informations ne sont pas transmises à des tiers.
Please wait

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des pages du site.
Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée :