Clérambault ou le théâtre sacré

programme Clérambault ou le théâtre sacré
Ensemble Sébastien de Brossard

« Clérambault ou le théâtre sacré »

Cyril Auvity, haute-contre
Jean-François Novelli, taille
Alain Buet, basse-taille
Léonor de Récondo et François Costa, violons
Valérie Balssa, traverso
Mathurin Matharel, basse de violon
Thibaut Roussel, théorbe
Fabien Armengaud, orgue, clavecin et direction

Si Louis-Nicolas Clérambault est surtout fameux pour ses pièces d’orgue et ses cantates, on ignore souvent que son œuvre sacrée occupe plus de la moitié de son catalogue.

Fils d’un des vingt-quatre Violons du Roi, organiste et compositeur de la Maison royale de Saint-Cyr mais également de Saint-Sulpice et des Jacobins, Clérambault fait montre dans ses compositions à trois voix d’hommes d’un sens mélodique des plus soutenus et d’un contrepoint des plus recherchés.

Passant de la piété et de la ferveur la plus sincère à l’éloquence la plus vive, comme en témoigne notamment la description dramatique du Passage de la Mer Rouge, la musique sacrée de Clérambault est digne d’être enfin redécouverte.

Si Clérambault n’écrivit jamais d’opéras, c’est dans son œuvre religie

Jean-Baptiste de Laborde, grand théoricien de l’époque disait de Clérambault :
« Personne n’a écrit plus purement que lui. »

Ce programme en est une preuve éclatante.

Louis-Nicolas Clérambault: Motet Pour La Canonisation De Saint Pie, C. 150 - Impia Turcarum Gens

Pour recevoir toutes nos actualités, inscrivez-vous !
Vos informations ne sont pas transmises à des tiers.
Please wait

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour le fonctionnement des boutons de partage sur les réseaux sociaux et la mesure d'audience des pages du site.
Pour mieux comprendre notre politique de protection de votre vie privée :